28 septembre 2022
Athlétisme
Une lanceuse de Belœil éclipse le record canadien
Par: Denis Bélanger
Mélanie Guy. Photo gracieuseté

Mélanie Guy. Photo gracieuseté

Spécialisée dans les épreuves de lancer en athlétisme, la Belœilloise Mélanie Guy a éclipsé cet été plusieurs records, tant à l’échelle nationale que provinciale. Un exploit hautement remarquable pour cette enseignante d’éducation physique à l’école primaire de l’Aquarelle de Mont-Saint-Hilaire, dont la précédente compétition avant la saison 2022 remontait à près de 19 ans.
Publicité
Activer le son

Inscrite dans la catégorie d’âge 40-44 ans, Mélanie Guy, 44 ans, a notamment amélioré la marque canadienne du pentathlon des lancers vétérans le 17 septembre à l’Université de Sherbrooke dans le cadre du Rendez-vous automnal des lancers. Il s’agissait de la première fois que cette épreuve faisait partie des compétitions provinciales.

Le pentathlon des lancers vétérans est constitué des lancers du marteau, du javelot, du poids, du disque ainsi que du marteau lourd. Mélanie Guy a récolté 3688 points alors que le précédent sommet était de 3539. À cette même compétition, elle a battu les records du Québec master 40-44 ans au lancer du poids et au lancer du marteau lourd. Plus tôt cet été, elle avait établi le record au lancer du disque pour sa catégorie d’âge. Les records sont en attente d’homologation.

Mélanie Guy a participé cette année à quatre compétitions et en vise une cinquième d’ici la fin de l’automne. « Je n’étais pas du tout tracassée de revenir à la compétition après tant d’années. »

Athlète de haut niveau

Mélanie Guy a été initiée à l’athlétisme à l’école par ses professeurs d’éducation physique. Elle s’est vite tournée vers les lancers. Elle a tiré son épingle du jeu dans toutes les épreuves. Le disque et le marteau ont été souvent ses grandes forces. Elle a notamment à son palmarès des participations aux Jeux de la francophonie en 1997 au Madagascar et en 2001 au Canada. « J’ai mis sur ça sur pause pour établir une famille. J’ai effectué un bref retour en 2003, avant d’avoir mon deuxième enfant. »

L’enseignante n’est pas pour autant restée éloignée de l’athlétisme pendant toutes ces années. Elle a intégré l’athlétisme dans ses cours ainsi que dans le cadre d’activités parascolaires. Elle a aussi réussi à initier sa fille Jade Prud’homme qui a d’ailleurs remporté cet été une médaille de bronze aux Jeux du Québec au lancer du disque.

« C’est ma fille qui m’a ramenée à l’entraînement », ajoute celle qui fait aussi partie du Club d’athlétisme Les Coriaces de Mont-Saint-Hilaire et qui a l’intention de participer à d’autres compétitions en 2023.

Discipline de mise

Il n’est pas évident de s’entraîner pour les lancers dans la région. Les plus proches installations appropriées sont à Longueuil. « Pour le disque et le marteau, je vais parfois à un terrain de baseball où il y a une cage des frappeurs. Ça prend ça. Pour le javelot et le poids, on peut faire ça dans un parc où il n’y a pas de cage, car c’est en ligne droite. Évidemment, je ne me pratique pas quand il y a des gens proches. »

L’équipement est de plus dispendieux et Mélanie Guy doit se tourner vers l’étranger pour en acquérir. « J’avais déjà certaines choses, mais j’ai dû en racheter d’autres. L’équipement de haut niveau n’est pas disponible au Canada. »

image