27 juillet 2022
Régie d’assainissement des eaux usées de la Vallée-du-Richelieu
Une première entente de dérogation pour des contaminants dans les eaux usées
Par: Olivier Dénommée
L’entreprise Les Plastiques J.E.T.S. inc., située dans le quartier industriel de Belœil, rejette dans l’eau un taux de DCO quelque peu supérieur à la norme, ce qui lui est maintenant autorisé grâce à une dérogation signée par la Ville et la Régie d’assainissement des eaux de la Vallée-du-Richelieu. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

L’entreprise Les Plastiques J.E.T.S. inc., située dans le quartier industriel de Belœil, rejette dans l’eau un taux de DCO quelque peu supérieur à la norme, ce qui lui est maintenant autorisé grâce à une dérogation signée par la Ville et la Régie d’assainissement des eaux de la Vallée-du-Richelieu. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Une entente a récemment été signée entre la Ville de Belœil, l’entreprise Les Plastiques J.E.T.S. inc. et la Régie d’assainissement des eaux de la Vallée-du-Richelieu (RAEVR), accordant une dérogation à l’entreprise quant au taux plus élevé que permis d’un contaminant retrouvé dans ses eaux usées. Il s’agit de la toute première entente du genre sur le territoire de la Régie.

Publicité
Activer le son

Une résolution adoptée à l’unanimité par les élus de Belœil reconnaît que la qualité des eaux usées de la compagnie Les Plastiques J.E.T.S. inc. ne respecte pas toutes les exigences du Règlement 2008-47 sur l’assainissement des eaux adopté par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pour certains contaminants. Les élus autorisent cette dérogation, sans préciser davantage le contaminant en question ni sa quantité par rapport à la norme.

Contacté par L’ŒIL, l’administrateur de la RAEVR, Jacques Drouin, précise que le règlement de la CMM contient des balises très claires au sujet des contaminants retrouvés dans l’eau et que seulement quelques contaminants peuvent faire l’objet d’une dérogation. Le règlement en question mentionne qu’« il est permis à une personne de déverser dans un ouvrage d’assainissement des eaux usées dépassant les valeurs admissibles […] en fonction de la capacité de traitement de l’ouvrage d’assainissement ». Or, dans le cas de l’entreprise en question, la demande chimique en oxygène (DCO), un des cinq contaminants pour lesquels une dérogation est possible, dépassait un peu la norme établie par le règlement, soit 800 mg/L lorsque l’eau est traitée à une station d’épuration dotée d’un procédé de traitement physico-chimique, comme c’est le cas à la RAEVR. « Il arrive qu’il n’y ait pas une grande quantité de contaminant, mais qu’elle soit concentrée parce que l’entreprise ne rejette pas beaucoup d’eau. C’est le cas ici », confirme M. Drouin.

Cette dérogation permet, selon l’administrateur, d’éviter que l’entreprise rejette davantage d’eau simplement pour diluer le DCO et rendre son taux acceptable, d’autant plus que ce contaminant peut être facilement traité à l’usine d’épuration. « La quantité est vraiment négligeable sur tout ce qui entre à l’usine. Si le taux avait été plus élevé, on aurait pu demander un prétraitement de la part de l’entreprise », ajoute-t-il, assurant que cette dérogation n’aura aucun impact sur la qualité de l’eau traitée à la Régie.

Jacques Drouin indique que cette entente de dérogation est la première à la Régie, mais qu’elle ne sera vraisemblablement pas la dernière, puisqu’il y a des discussions avec certaines autres entreprises aussi situées à Belœil par rapport aux taux de certains contaminants rejetés dans l’eau.

***

DCO et autres contaminants

Bien qu’elle fasse partie d’une liste de contaminants dans l’eau, la demande chimique en oxygène (DCO) est à la base elle-même un « paramètre dont on se sert pour déterminer la charge organique et inorganique dans l’eau », indique le directeur technique à la RAEVR, Benoit Aubertin. De plus, ce contaminant est non toxique.

Les quatre autres contaminants pouvant faire l’objet d’une dérogation selon le règlement de la CMM sont l’azote total Kjeldahl, l’azote ammoniacal, les matières en suspension (MES) et le phosphore total.

image