19 janvier 2022
Retour en classe
Par: Vincent Guilbault
Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

« Ça en dit beaucoup sur notre société si on décide de renvoyer les enfants à l’école parce que c’est mieux pour leur santé mentale que de rester avec leurs parents. »

Publicité
Activer le son

Ouch! C’est ce que m’a dit un ami en conversation avec Skype!

Il a quand même un peu raison. Nos enfants à l’école, nos aînés dans les CHSLD; faudrait pas qu’ils nous nuisent davantage dans notre quotidien!

C’est une image, bien sûr. La plupart des enfants sont sûrement bien dans leur famille, et c’est très sain pour eux de retourner voir leurs amis en classe. Mais est-ce que c’est le bon moment? C’est la question et personne ne semble avoir la réponse.

En entrevue avec le journal, Jean-François Guilbault, le président du Syndicat de Champlain, qui représente entre autres le personnel dans nos écoles, soulignait que le ministre Jean-François Roberge semblait plus préoccupé par l’absentéisme que la santé des élèves en point de presse. Je comprends son argument, même si je pense quand même que c’était surtout le rôle du ministre de se faire rassurant auprès du public et du corps enseignant. Mais ça soulève quand même quelques questions éthiques. Santé, éducation, économie? Qu’est-ce qui arrive dans le peloton de tête? Une certaine normalité, je suppose.

Moi même, je m’interroge. Mes enfants ont eux-mêmes chopé le virus pendant les fêtes. C’est derrière eux, ils ont eu un peu mal à la tête et un peu de morve, rien de bien grave. Si ce n’était des tests, nous ne l’aurions jamais su. Mais est-ce que ça me donne le goût de les envoyer à l’école? Je termine la rédaction de ce texte alors qu’ils viennent de prendre la route vers leur classe et je me questionne. On dirait que le gouvernement de M. Legault semble de moins en moins avoir de réponses à me fournir. Ou bien, il résiste moins aux critiques, je ne saurais dire. Mais quand même un parti comme le Parti conservateur du Québec (PCQ) réussit à attirer plus de sympathie que le Parti québécois, ça montre bien que la légitimité du gouvernement fond tranquillement. Car oui, le PCQ a sûrement d’intéressantes idées sur la gestion libertarienne de notre économie, mais on ne parle pas d’eux pour ça. On parle d’eux à cause d’Éric Duhaime, le polémiste qui…

Ok, non. J’arrête! Je vais déraper si je m’engage sur cette route. Disons que ses positions reflètent quand même une forme d’écœurement.

Donc, comme je disais, j’ai envoyé mes enfants à l’école ce matin et malgré les nombreux points de presse et mes lectures, je ne sais pas si c’était la bonne chose. Du moins, si c’était pour leur apprentissage ou juste pour me permettre de souffler un peu. Plusieurs parents se posaient aussi cette question mardi matin. À défaut de me répéter, sans réponses claires.
Alors que le nombre de cas est troublant, que le syndicat craint le manque de personnel et que plusieurs enseignants ont peur de travailler sans masque N95 (à tort ou à raison), cette énième rentrée scolaire virale me trouble un peu.

Mais bon, bonne rentrée quand même!

image