16 mars 2022
Le Manoir Rouville-Campbell fermé aux chambreurs pour de bon
Par: Denis Bélanger

En vente depuis le 1er octobre 2021, le Manoir Rouville-Campbell a officiellement cessé ses activités hôtelières la semaine dernière. Les propriétaires ont informé leurs employés que la nouvelle entité qui reprendrait la propriété ne sera pas un hôtelier ni un exploitant de résidences pour personnes âgées. La possibilité qui circule depuis quelques jours est le fait que les propriétaires songent à en faire don à la Ville de Mont-Saint-Hilaire. Les principaux concernés n’ont toutefois pas commenté cette nouvelle.

Publicité
Activer le son

Selon nos informations, des intérêts locaux et étrangers se seraient montrés intéressés à acquérir le site, mais les discussions n’ont pas abouti à une transaction avec une entreprise privée. « Une annonce pourrait être faite en juin », a déclaré Michel Desrivières, vice-président finances au Groupe Gestion G5, présidé par l’homme d’affaires André Imbeau.

Évalué à un peu plus de 11 M$ selon le rôle triennal d’évaluation de la Ville 2020-2022, le prix demandé était fixé à 28 M$. « Le coût de construction est estimé à plus de 30 M$, ce qui explique notre prix », avait expliqué M. Desrivières l’automne dernier.

Une autre rumeur veut que le Manoir Rouville-Campbell serve entre autres comme nouvel hôtel de ville de Mont-Saint-Hilaire. L’hôtel de ville actuel est jugé désuet depuis des années. Cette option a toutefois été rejetée rapidement par le maire. « Les scénarios à l’étude par nos spécialistes et notre consultante pour la réfection de l’hôtel de ville n’incluent aucunement le site du Manoir », a répondu M. Guertin.

Ce dernier a réitéré son souhait que le bâtiment classé patrimonial soit entretenu et préservé. « C’est l’un de nos plus grands trésors architecturaux du Québec. Nous allons donc demeurer en contact avec la famille Imbeau et nous sommes persuadés qu’elle continuera de faire preuve de son habituelle diligence pour veiller sur ce patrimoine d’intérêt national. »

Notons que l’annonce de la fermeture du Manoir est survenue quelques jours avant le lancement le 14 mars par la Ville de sa politique sur le patrimoine.

Depuis plus 15 ans

La fermeture a été annoncée aux employés le 8 mars. L’établissement comptait alors 39 employés et 35 d’entre eux ont été mis à pied. Les quatre salariés restants demeurent en poste pour une période de deux mois pour notamment contacter les différents clients ayant des réservations dans les prochains mois.

André Imbeau a acheté à l’automne 2006 le Manoir de ses amis, l’humoriste Yvon Deschamps et son épouse Judi Richards. À l’époque, le bâtiment comptait 25 chambres et ce nombre est passé à 70 au cours des années suivantes.

La famille Imbeau s’est dite prête à passer le flambeau après 15 ans d’opération, une décision aucunement influencée par la COVID-19, avait-on assuré lors de l’annonce de la mise en vente.

Longue histoire

La vocation hôtelière du Manoir Rouville-Campbell n’occupe qu’une petite partie de sa riche histoire. Son origine remonte à 1694 où Jean-Baptiste Hertel de Rouville se voit concéder la vaste seigneurie de Rouville. Plus d’un siècle plus tard, un de ses descendants a fait construire en 1832 un manoir à l’emplacement actuel du manoir Rouville-Campbell.

Thomas Edmund Campbell a acheté la seigneurie en 1844. Entre 1853 et 1860, Campbell fait agrandir et modifier l’ancien manoir et l’intègre au manoir actuel. Le site est demeuré la propriété de la famille jusqu’en 1955, lors du décès de l’épouse du seigneur Colin Campbell, Mabel Allen. Le Manoir s’est démembré tranquillement par la suite et plusieurs propriétaires se sont succédé. Le sculpteur Jordi Bonet l’a acquis en 1969 et le fait classer monument historique en 1977.

Le Manoir n’a été transformé en hôtel qu’en 1986 par le nouveau propriétaire Yves Dion. Frappé par une récession, le complexe hôtelier a fermé en février 1991. La fermeture sera de courte durée alors que le Manoir reprend vie en septembre grâce à Jacques et Carmen Daigle, également propriétaires à l’époque de l’Auberge des Seigneurs à Saint-Hyacinthe. Yvon Deschamps et Judi Richards l’achètent en 1996 et en font aussi un lieu de spectacle. Cette vocation a continué pendant un certain temps sous la gouverne de la famille Imbeau.

 

Autre article à lire:

La fermeture fait des malheureux 

image